Dans quel débarras laisse-t-on se perdre tous les imaginables non fécondés ?

186. Je suis les possibles qui regrettent les grands champs maintenant clos par le choix d’un mot, un mot et combien d’autres écartés pour que j’advienne ? Je suis celui qu’on est allé libérer et qui revient à la maison, qui peine à imaginer qu’il saura justifier à l’avenir les sacrifices consentis pour sa libération. Un seul monde qui demeure et combien de perdus ? Un seul qui arrive et combien de victimes laissées sur le bord du chemin, une seule épouse et tant d’amours vierges, une seule œuvre et quoi des ébauches, un choix et dans quel débarras laisse-t-on se perdre tous les imaginables non fécondés ?

B.O.B.

Portishead – Roads

Photo d’entête :