(Sans titre)

J’ai lu Le rouge et le noir jeune avec des tous mes espoirs. Je le relis plus âgé avec tous mes échecs. Je m’attardai alors à ce qui allait lui arriver. Je m’attache aujourd’hui à noter la façon dont on l’avait prévenu.

Réparer les vivants – Maylis de Kerangal

J’ai abandonné l’écoute tant je mourais d’ennui à petit feu. Simon part donc avec des copains faire du surf, fait un accident et se retrouve à l’hôpital. Un médecin prend son poste, le matin, et une infirmière est là, qui est nouvelle et s’est faite…

Le poids du papillon

Je ne sais pas trop si je suis en cours d’écoute ou si j’ai abandonné… Il y a un roi des chamois dont je n’ai que faire et un chasseur dont je me fiche, ce n’est pas stylistiquement intéressant et en fait, je me demande…

Sophie Daull, la mort jusqu’à la moelle

Après avoir découvert Sophie Daull, ce soir, en passant devant une boite-à-images qui était allumée sur une émission littéraire dont j’ignore le nom et présentée par un clone de Frédéric Beigbeder, aussi maniéré mais apparemment un rien plus intelligent que le jet-seteur de Canal +,…

Boussole de Mathias Enard

J’ai commencé à écouter ce texte. Plusieurs fois. J’avais beaucoup aimé Parle-leur de batailles… donc je me suis accroché. Et puis comme c’est un texte audio, normalement ça ne me coûte pas grand-chose, vaquant à d’autres occupations pendant mon écoute consciencieuse. Là, ça m’a vraiment…

Constellation d’Adrien Bosc

Je n’ai jamais lu une revue de fond en comble. L’audition de ce truc, vaguement raccroché au crash d’un avion Constellation, en 1949, dans lequel se trouvait un fameux boxeur et une violoniste virtuose, m’a donné cette impression d’en lire une, un numéro spécial consacré…

A s’en taper la tête sur les Quatrième murs

Je tombe plusieurs fois sur des bafouilles babeliotes, de personnes souvent de sexe féminin, qui me font réagir sur ce Le quatrième mur, que j’ai tant apprécié. Toutes ne me font pas réagir mais deux ont réussi à me faire taper sur mon clavier. Une fille…

Le cri d’Antoine – Emilie Boguet

(Pourquoi deux versions ? Je ne me souviens plus, en tout cas elles vont toutes les deux dans le même sens…) 1ère version Une amie m’avait dit m’avoir reconnu dans Antoine, et cela sonnait comme une invitation à lire ce texte sans prétention. Préférant me…