Pour Juliane79

Et ce message pourrait commencer par bonsoir,
Il serait spontané, sans rien de repoussoir
En substance on lui ferait exprimer ceci :
Que votre profil plait, et qu’il n’a qu’un souci
Petite doléance, et c’est que vous fumez.
On a déjà vu, quand une flamme est allumée
Que pour l’autre, l’un sacrifie un de ses vices
Afin qu’à leur vie cela puisse rendre service
Qu’ils soient ainsi en bonne entente et amoureux
Oubliant peu après ce souvenir cendreux.
Néanmoins, dirait-elle, il nous reste un1 détail
Il n’est pas de peu, il concerne votre taille :
Je peux bien arrêter de parfumer votre air
Mais de vos os d’adultes que pourrez-vous en faire ?
Voyez mon cher, de votre mètre soixante-huit
Courrez toujours, vous ne pourrez prendre la fuite
Allez plaider la cause en réunion familiale
Il y a bien sept centimètres entre vous, Monsieur, et mon idéal2
Alors de ce message, qu’en demeurera-t-il ?
Un hommage de passage, se sachant infertile
Aux professeurs de lettre, si souvent inquiétés
Qui de respect peut-être, manquent dans la société
Bon courage, madame, durant votre marché
Il y aura une bonne âme recherchée
Qui saura votre cœur rendre d’humeur féline
Et vos mains comme des rimes, cesser d’être orphelines

[Des lettres qu’on envoie en octobre 2013 et qui restent sans réponses]

B.O.B.

Camille Hardouin – Il m’plait pas

Notes

  1. Peut-être deux ou trois, mais ne soyons pas mesquins !
  2. Femme est perfide, elle aura rompu la métrique déjà approximative pour allonger le ver et marquer encore un peu plus ce hiatus entre ses désirs et le minus.