Toute de voiles vêtue

Tu passes droite comme un mat, digne, t’appliquant à ne laisser déborder aucun regard hors du sillon de tes pas et suivant résolument un cap pour une destination inconnue, ta longue chevelure ondulée vibrant au rythme de sa foulée et tombant sur des épaules tannées qui elles-mêmes ouvrent sur des lignes parfaites, soulignées par ta robe près du corps – une déesse – doux visage rehaussé d’un fin foc aquilin, ce défaut parfait qui fait le charme supplémentaire des femmes qui en sont les porteuses – décidée à fendre l’air, je ne sais plus où j’en suis j’en perds la tête comme la syntaxe, tu es : belle.

Tu passes et je me noie sans même que tu ne t’aperçoives que j’existais avant que tu ne passes et que je me noie sans même…

[Je t’ai revue sur différents continents, et à chaque fois je n’étais rien pour toi − disparaître ainsi, instantanément, c’est étonnant à chaque fois, comme devenir invisible et plus inconsistant que gazeux…]

B.O.B.

Bigflo & Oli – Dommage

Photo : “Detail of Sail Sculpture – Waterfront Park – Kelowna – British Columbia – Canada” de Adam Jones